Home / Proposition / Mes propositions pour le développement de...

Mes propositions pour le développement de l’Economie Sociale & Solidaire

Mes propositions pour le développement de l’Economie Sociale & Solidaire


David Lorion, vous nous évoquez l’Economie Sociale & Solidaire, mais de quoi s’agit-il exactement?

David Lorion : L’économie sociale et solidaire (ESS) se caractérise par une vision d’utilité sociale plus que par la recherche d’un gain. Elle rassemble des personnes autour de valeurs fortes que sont l’équité et l’environnement et qui placent l’homme comme acteur au sein de cette économie et de son environnement. En 2014, l’ESS employait 2,38 millions de personnes en France, soit plus de 12% de l’emploi privé. A la Réunion, l’ESS représente 24 226 emplois pour 2 046 établissements. Le 24 mars dernier, 48 lauréats ont été désignés suite à l’appel à projet ESS lancé par le gouvernement. Nous ne devons pas négliger cette nouvelle forme de l’économie plus rassurante pour l’avenir que l’économie des échanges mondiaux et des multinationales. L’implantation historique de l’ESS dans les territoires se conjugue d’ailleurs avec une forte dynamique d’innovation et d’implication des hommes et des femmes dans un projet territorial et de coopératives.

Et donc, quelles sont vos propositions dans ce domaine pour le sud de La Réunion?

David Lorion : Les besoins sociaux mal satisfaits n’arrêtent pas de croître à la mesure du double échec du secteur privé d’une part, à assurer le plein emploi et de l’Etat Providence d’autre part, à lutter efficacement contre l’exclusion sociale et la précarité sous toutes leurs formes   et à les prévenir.

L’ESS, pour apporter les réponses adéquates attendues par la population, a simplement besoin d’être mieux financée par le secteur public et par de nouvelles sources de financement, notamment européennes. L’ESS comprend notamment  des entreprises, des coopératives, des associations, des scop et autres, dans des secteurs porteurs  comme les aides à la personnes, les temps péri-scolaires, les sports et les loisirs, le recyclage des déchets, etc. Pour soutenir et encourager l’ESS sous toutes ses formes dynamiques, il devient incontournable de  mettre en place un véritable accompagnement à la création mais aussi à la consolidation financière des structures de l’ESS. Il faudrait financer l’ingénierie de projet, les études de marché, l’établissement des modèles économiques afin que les structures de l’ESS puisse gagner en crédibilité et mobiliser les fonds dédiés à ce pan nouveau de l’économie.

Enfin, il semble opportun, surtout à la Réunion de mettre l’ensemble des acteurs soutenant l’ESS autour d’une table afin de coordonner leurs actions et d’obtenir, comme pour une entreprise classique, une nécessaire simplification des démarches à entreprendre et mener dans la conduite des actions des acteurs l’ESS.

L’ESS terrain fertile pour l’innovation :

Les projets d’innovations de l’ESS  se développent aussi dans le domaine de l’alimentation (approvisionnement de restaurants collectifs et cantines scolaires en produits biologiques et locaux) et de l’industrie du bois. Dans le domaine financier, les banques coopératives et certaines mutuelles proposent aujourd’hui des produits d’épargne solidaire qui, avec un encours de 6,84 milliards d’euros, permettent de financer des projets à vocation sociale et/ou environnementale. Par ailleurs, de nouvelles opportunités sont offertes pour épargner avec les sociétés de capital-risque solidaire (30 établissements en France) qui permettent d’investir dans des entreprises d’utilité sociale. Les associations ont été pionnières sur les activités de collecte et de réemploi, en particulier des vêtements et des appareils électroménagers, avec un bénéfice à la fois économique : offrir à moindre coût des produits de qualité et environnemental : lutter contre le gaspillage et la surproduction : des principes qui sont aujourd’hui repris dans le reste de l’économie. Les mutuelles de santé et d’assurance, par les excédents de gestion parfois importants qu’elles dégagent, investissent dans la recherche, la prévention et le développement : création d’un laboratoire d’études spécialisé dans l’accidentologie des deux roues, équipement de télémédecine pour les Ehpad en milieu rural, soutien à des projets innovants de prévention, etc.

référence règlementaire : Loi Hamon du 31 juillet 2014 – un cadre législatif pour l’ESS.


Le premier tour des élections législatives 2017 aura lieu le 11 juin
et le deuxième tour le 18 juin 2017.